14 octobre 2015 ~ 1 Commentaire

Mise au monde

Je me suis faite larguée il y a 3 semaines et 1 jour.

     Je sais : ça fait très psychopathe. Je n’ai pas compté les semaines, non. Mais je me suis demandée la semaine dernière « Tiens, c’était un mercredi ou un jeudi ? Un mercredi je crois… » Donc je suis allée voir sur notre conversation Facebook -quel cliché…- pour savoir.

     Quel suspens. Facebook a répondu à ma question pour le moins, Existentielle (!). C’était un mardi. J’ai tout faux. Mais du coup, ça fait 3 semaines, et 1 jour. Je me sens stupide de faire ça, et je ne sais pas si je dois rire ou pleurer.

     Au début, j’ai voulu TOUT PLAQUER. Attendez, c’est vrai quoi : je me suis faite quittée, à un moment complètement innattendu qui plus est. Non, je vous arrête tout de suite : ce n’était pas sur un coup de tête. Cette décision a été grandement réfléchie, pendant toute une journée !

     Je me rends compte que j’ai l’air un peu… amère. C’est ma façon de cacher que je suis en réalité dévastée. Je suis ironique, et provocatrice. Alors oui, on peut débattre : c’est pour cacher ma fragilité, ou alors c’est pour m’endurcir et faire face… Tout ce que vous voudrez. Ce que je vois, moi, c’est que la façon dont j’agis, elle empire les choses.

     Il me semble entendre au loin des ojections : « Sors, va voir tes amis, allez prendre une bière ! » (oui car je viens du Nord, la bière c’est notre biberon). Il y a cependant un petit soucis : je suis en étude de médecine. PACES et tout le foin qui va avec… Je dois travailler, je n’ai pas le temps, je dois penser à mes études… C’est bien vrai tout ça, mais dur dur de rester concentrée quand on se fait larguer.

     Vous avez vu ? J’aime bien ce mot. « larguée »… Je trouve qu’il a beaucoup de sens. Prononcé avec un certain accent que j’ai l’habitude d’entendre, il sonne très dur, se prononce vite comme si on n’en voulait pas pour soit… Puis surtout, être largué… C’est être perdu. On largue une cargaison, on s’en détache avant de l’abandonner à d’autres soins. On largue un objet, qui n’a pas la volonté de dire « Noooooooooooooon... » . Si vous avez bien l’image d’un conteneur abandonné sur un port, vous avez bien l’image de moi, et de ce que je ressens. Complètement perdue dans un paysage tout gris, oui oui, il y a la mer dans les ports. Mais « la mer dans les ports », même ça, c’est triste. Grande étendue de rien, sombre. Enfin, ça c’est la mer des ports de chez moi, les ports de Calais, Boulogne, où on a pas envie de se baigner.

     Alors voilà où j’en suis : une gamine paumée sans celui qu’elle aime (pour le coup, ça mes amis, c’est vraiment de l’amour.) qui se laisse aller le soir dans sa chambre à une sombre mélancolie dont elle ne tire rien.

     21h34. J’ai envie de rester là, assise sur ma chaise de cuisine dans mon appart bien trop grand qui ma rappelle lui partout où je pose les yeux. Vous avez déjà connu ça ? Un lieu où « Il » est venu. Appelons le… K. Un lieu où votre K est venu, avec qui vous avez vécu pendant un moment, et que tout ces moments vous reviennent en tête. En permanence. Hah, oui, je pense que vous voyiez ce que je veux dire.

A ce moment vous vous dite « Oui bon, elle est triste tout ça, tout ça, c’est bien… Mais qu’est-ce qu’elle va FAIRE ? » Eh oui les amis, qu’est-ce que je vais faire… Voilà le plan :

  • 1. Grandir
  • 2. Aller mieux, trouver des solutions pour aller mieux
  • 3. Le retrouver ?

  Vous riez ? Je comprends. J’ai peu d’espoir, mais j’en ai. Je suis comme ça, je ne m’arrête jamais vraiment. Oooh oui, je suis agaçante. Pire que tout ce que vous avez connu, et ma volonté d’avoir le dernier mot dépasse vos pires cauchemars, même celle de vos mères ! -sans connotation négative, attention… mais entre-nous, les mamans…-

Alors voilà. Voilà le plan. J’ai beaucoup de choses à dire. Je pense faire ça ce soir, de toute façon, personne ne lira ce blog, pourquoi créer du suspens ?

Unknown small french person.

Une réponse to “Mise au monde”

  1. Désolée de te décevoir, j’ai lu ton blog ^^ Bon, j’avoue je n’ai pas tout lu, mais cette page-ci m’a captivée parce que je connais bien cette sensation, mais penses que même si tu n’as pas l’amour et la reconnaissance d’une personne extérieur à tes amis ou ta famille, même si tu as passé des bons moments avec ce « K », tu peux encore en partager avec d’autres « K » et surtout avec les gens qui t’aiment : tes amis, ta famille , je suis d’accord, ce n’est pas la même sensation, les mêmes sentiments mais il faut perpétuellement avancer dans la vie et certaines pages doivent être tournées, crois-tu au destin ? Personnellement j’y crois dur comme fer et peut-être qu’avec ce « K » vous n’étiez tout bonnement pas faits pour être ensemble ! Tu trouveras sûrement le bon, quand tu y seras prête, il faut essayer beaucoup de chaussures pour en trouver une à son pied !
    Bonne journée :)

    Dernière publication sur Raisingmountain : Désolée.


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

ADGITO |
Tnart |
Travailinternetsansrisque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Onsort
| Tut et Rien
| Stagephemr