22 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

Childhood.

Cher K.

Tu ne m’as jamais vraiment interrogé sur mon enfance. Ma relation avec mon frère. La séparation de mes parents. Tu n’as jamais cherché à comprendre ce que je vivais, jamais posé de questions profonde sur cette période de ma vie que tu ne connais que de façon floue. Je le regrette, vraiment beaucoup. J’aurais aimé que tu t’y intéresses, que tu t’interroges sur qui je suis et pourquoi je le suis. Car tu te serais rendu compte que mon passé a influencé mon caractère actuel…

Allons-y, je vais répondre aux questions que tu n’as jamais posé :

J’avais une relation avec mon frère très conflictuelle. Tu le sais. Je l’aimais énormément. Tu ne le sais pas. Tu t’en doutes peut-être, mais tu n’as jamais demandé. Nous nous hurlions dessus. Je le poussais à bout, il me poussait à bout, ce qui, vu mon caractère capricieux de l’époque, n’était pas difficile. Ô comme ça l’amusait, de me voir rouge, la voix brisée à force de hurler, pensant que je l’intimiderai. « Ignore le ! Il n’attend qu’une réaction ! » … Je sais bien, mais je ne peux pas m’en empêcher. A côté de ça, quels magnifiques moments de complicité. Sa chambre, acollée à la mienne, nos « codes » qui consistaient à taper sur le mur, tell frappe signifiant tel mot… Au final, nous n’avions jamais réussi à inventer autre chose que « Tu veux faire un Monopoly ? » Ah, le Monopoly… Evidemment, nous finissions par nous hurler dessus, que je gagne ou qu’il gagne. Mais que veux-tu. Les frères pour leurs soeurs sont, pendant l’enfance, des ennemis naturels.

Parfois, la dispute dépassait ce simple stade. Nos chamailleries devenaient de vraies blessures. J’ai été méchante avec lui, mais jamais je n’ai parlé de l’adoption. Pas lors de mon enfance, non. Jamais il n’a arrêté d’être mon grand frère. Je l’ai toujours aimé lors de cette période de façon inconditionnelle.

Tout a changé cependant. Il était au collège, moi à l’école primaire. Il lui arrivait d’être méchant… Avec moi, nous nous disputions toujours oui… Mais avec ma mère aussi. « La crise d’ado » ou quelque chose dans le genre. Je me souviens d’un soir. Ce soir m’a, je pense, marqué, blessé, car il a fait remonter en moi une ancienne crainte : perdre ma maman. Elle avait… « une boule », au niveau de l’utérus. Quelque chose, personne n’a vraiment compris. Un kiste. Qu’est-ce que c’est ? D’ailleurs, comment ça s’écrit ?! Elle devait se faire opérer. Rien de très grave… quelques jours avant cette opération, une dispute éclate. Et la métaphore avec ce mot, « éclate », est très bien choisie…

La raison, la cause, qu’importe… Tout était prétexte à se disputer. Tout n’est cependant pas prétexte à dire à sa mère « J’espère que ton opération se passera Mal ! ». A ce moment, je pense que c’est à ce moment, plus qu’à n’importe quel autre, que quelque chose s’est brisé chez nous.

Que dire de plus, vous comprenez pourquoi une telle phrase brise des familles. Depuis, disputes sur disputes. De plus en plus violentes. Puis un jour, mes parents se séparent. Un soir d’hiver, enfin, fin automne. Il faisait chaud dans la maison, tous réunis dans la cuisine… Comme une vraie famille.

Je n’ai pas besoin d’écrire sur ça. Personne ne m’a demandé. Et puis, de toute façon, tu ne vas plus le faire maintenant, n’est-ce pas, K ?…

It’s over. Over. Done. Forever. Done. Done. Dead. Burning. Done. Forever. Broken. Unfixable.

Je recherche en ma relation un apaisement… et une profonde instabilité. Puisque c’est ce que j’ai connu toute mon enfance. Je n’ai jamais connu de relation qui soit stable. Familiale, amoureuse, amicale… Si ce n’est avec mon cousin. T’es-tu jamais demandé « Pourquoi ? Pourquoi son cousin est-il si important au final ? » … Peut-être. Tu n’as jamais demandé. Dommage, c’est une belle histoire.

I could have change for you. Now, I have no reason to change.

I think I like this idea : freedom. Be who you want, do what you want. Respect your own limits.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

ADGITO |
Tnart |
Travailinternetsansrisque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Onsort
| Tut et Rien
| Stagephemr